Mourabitounes Le compte à rebours, a commencé !

samedi 11 février 2017
par  admin

Les volets se sont refermés sur la CAN ‘’GABON 2017’’, par le sacre du Cameroun, tombeur de la Mauritanie aux éliminatoires (de quoi, ne pas faire rougir), aux dépends de l’Egypte (2-1). Les Lions Indomptables ajoutent ainsi une cinquième étoile à leur hit-parade et empochent du coup, le jack pot (4 millions de dollars), somme allouée au champion de cette 31ème édition et de la suivante, aussi. Par ailleurs, le Burkina l’un des adversaires de la Mauritanie aux éliminatoires de la CAN 2019, s’envole avec la médaille de bronze (de quoi faire réfléchir), avec la moitié de cette somme.
Ainsi, une CAN s’achève et une autre s’annonce. 4 mois seulement nous séparent du début des éliminatoires de la 32ème édition de ce tournoi continental qu’abritera le Cameroun et les choses sérieuses doivent, commencer. La Mauritanie qui sait déjà ce qui l’attend doit mettre les bouchées doubles pour terminer en beauté et obtenir une qualification à la phase finale de ce rendez-vous du ballon rond Africain. De grands chantiers, l’attendent. La reconduction du sélectionneur Français Corentin Martins entre ainsi dans l’optique de la préservation des acquis.
Veillée d’armes
Ainsi, après la rétrospective, c’est la veillée d’armes. Il faut pour commencer installer une union sacrée autour de l’équipe. Ensuite, Il faut agir et vite, mais sûrement. Théoriquement, il faut faire un récapitulatif des cartons accumulés lors du précédent exercice. Ismaél Diakité manquera le premier match contre le Botswana, conséquence du carton rouge reçu lors de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017 face à l’Afrique du Sud. Il faut dès lors, remonter le moral et remettre l’équipe d’aplomb physiologiquement, avant de travailler le mental qui ouvre le passage à l’effort. Un programme de préparation doit être concocté et soumis à la tutelle. Les moyens à la mesure de l’ambition, doivent ainsi être mis à disposition et, à temps.
L’effectif doit être étoffé
Le sélectionneur national qui est à pied d’ouvre est en pleine prospection et procède à des évaluations qui commencent à porter leurs fruits. Après le retour d’Adama Bâ dans le groupe, suite à une brouille d’une année avec son coach, d’autres joueurs dans son viseur sont favorables pour porter le maillot vert-jaune. En cela, il faut une bonne présentation du projet sportif et des arguments solides pour convaincre d’autres, encore hésitants.
Passer, aux choses sérieuses
Après tous ces détails, il faut notamment organiser des matchs amicaux, en marge des journées FIFA. La prochaine se situera vers la fin du mois de mars et selon des informations de sources concordantes, de nombreuses offres sont sur la table. Cependant, il est dès lors judicieux de trouver des équipes de grand standing et dont le profil correspond aux futurs adversaires de groupe.
Il faut tout aussi multiplier les stages pour les joueurs locaux et aussi bien avec les expatriés au-delà de la fin du mois de mai, date de l’épilogue des championnats d’Europe, notamment de la France.
La carte de visite de nos adversaires
L’Angola, il y a lieu de le rappeler a participé à une phase finale de coupe du Monde en 2006 (éliminée, au premier tour) et à six phases finales de CAN (1996, 1998, 2008, 2010, 2012, 2013) avec 2 apparitions en ¼ de finale en 2008 et 2010. L’équipe se compose de joueurs locaux et de quelques expatriés pour la plupart évoluant au Portugal.
Le Rwanda a prit part à une seule phase finale en 2004, en Tunisie. L’équipe est composée essentiellement de joueurs locaux. Une nation que nous avons déjà rencontrée et domptée.
Tandis que le Burkina Faso, que l’on ne présente plus, a été demi-finaliste malheureux face à l’Egypte, lors de la toute dernière CAN. Les Etalons ont honoré douze fois, ce rendez-vous continental (1996, 1998, 2000, 2002, 2004, 2006, 2008, 2010, 2012, 2013, 2015, 2017).
Tout est possible !
A la lumière de ce que nous avons retenu de cette CAN 2017 (écroulement des favoris dès le premier tour, percée des équipes non attendues et révélation de joueurs évoluant dans des championnats peu ou pas nantis), tout est possible et envisageable.
Les Mourabitounes qui doivent se transcender, se surpasser, n’ont à leur actif qu’une participation à une phase finale de CHAN en 2014, mais ont tout de même une belle carte à jouer et une magnifique image à défendre. Désormais, la Mauritanie ne se présentera pas dans une compétition en figurante, mais en conquérante.
Cependant, il est indéniable aujourd’hui qu’il n’y a plus de petites équipes et nos adversaires qui ne feront pas de cadeaux, seront traités à la même enseigne. Ils ont tous à leur actif des participations à une phase finale de CAN, avec des fortunes diverses.
A tous, (fédéraux, dirigeants sportifs, tutelle, sponsors, encadreurs, médias, supporters, public, etc…), de saisir cette opportunité et ensemble derrière les Mourabitounes, pour une première participation, à cette messe continentale.


Commentaires

Derniers articles


   Football  

Super D1 2017-2018 Les rentrants se signalent !

Stade municipal de Kaédi Le rêve devenu réalité !


   Basket  

Basket-Ball 3X3 ‘’Une discipline qui fait son chemin’’

Association Basket pour tous : Camp d’entrainement Pour un renforcement des capacités à la base


   Lutte  

Lutte traditionnelle Trois combats de choc

Lutte Roi Des Arènes : La Confirmation En 2min30


   Hand ball 

Tournoi de Hand-Ball Lamine Sangharé, accompagne la discipline

IHF TROPHY 3ème EDITION


   Autres sports  

Arts martiaux : Yama- Tsuki Karaté Club Un bilan apologique !

La FMSM organise une journée de sensibilisation sur les dangers de la route pour les enfants